Économie

Economie et puissance

  • Auteur
    Publications
  • #609

    François PILLARD
    Organisateur(trice)

    On évoque souvent la guerre économique. On se gargarise de classements internationaux: qui sera la première puissance économique mondiale dans 20 ans? en se référant évidemment au PIB, comme on classe les entreprises par leur chiffre d’affaires. Est-ce vraiment pertinent? Attention, si on fait telle ou telle réforme, on se tire une balle dans le pied du point de vue de la concurrence internationale! Mais pourquoi se sentir en concurrence? Qui se sent en concurrence avec le Bouthan du point de vue de l’Indice de Développement Humain. Cette notion si anglo-saxonne de concurrence n’est-elle pas une partie du problème?

    L’Etat se précipite au secours de l’automobile, de l’aviation, des banques, du nucléaire, de tous ceux qui seraient too big to fail, et qui sont les premiers à avancer le chantage à l’emploi dès que leurs intérêts sont contrariés. Ces multinationales surpuissantes pour elles-mêmes rendent les Etats impuissants, et donc la démocratie inefficiente.. Economie et indépendance paraissent très liées, notamment par le complexe militaro-industriel. Celui-ci a le mérite de dynamiser la recherche développement, avec des retombées civiles indéniables, mais en tant que force conçue pour la destruction, il pose un vrai problème.

    Un programme économique pour l’avenir peut-il faire l’impasse d’une réflexion sur la place de l’armement? sur les objectifs stratégiques de la nation? sur des méthodes de reconversion? La France est un pays sans ressources minières, ou si peu: cela ne doit-il pas orienter toute notre politique économique vers l’économie de ressources rares, et la valorisation systématique de notre vraie ressource qui est humaine?

    Qu’en pensez vous?

S'identifier pour répondre.

Aller à la barre d’outils